mercredi 30 juin 2010

Pépé Goes... FestiVoix !!!

Chers lecteurs, je vous prie de m'excuser par avance si mon français est un peu approximatif aujourd'hui mais je me suis couché tard... très tard !!! Le jour commençait à se lever. Et comme j'avais une entrevue à 10h30 ce matin, je n'ai pas beaucoup dormi.

Mais quelle soirée de malade !!!

Et je la dois à Pépé. Quel showman, tabarnak ! Et en plus, ce qui ne gâche, il est sympathique en criss !
Grâce à mon amie Pocahontas, qui le connaît très bien, j'ai pu faire une entrevue avec lui en fin d'après-midi et, ensuite, nous avons bu l'apéro ensemble et discuté pendant plus d'une heure.

Vous retrouverez cette interview sur ma Web télé avant la fin de la semaine. Aujourd'hui, je vous propose une tentative de squatt au village des artisans du FestiVoix :



Encore une job ! Je ne vais pas m'ennuyer si je reste au Québec...

Pour en revenir à la soirée d'hier, elle a débuté par une petite averse qui s'est terminée par le plus bel arc-en-ciel que j'ai eu l'occasion de voir. Il était double et on pouvait le voir dans son intégralité. Une merveille ! Malheureusement, l'angle de mon appareil n'est pas suffisant pour tout capturer mais la photo n'est pas pire, pantoute.

La première partie du show de la grande scène était assurée par un rapper trifluvien, Sir Pathétik qui a bien chauffé le public :



Ensuite, sont arrivés ceux que toutes les adolescentes attendaient avec impatience, The New Cities.
Certaines étaient même là depuis 7h30 du matin et avaient passé la journée dans le tunnel. Un truc de fou !



Le show était très sympa. Encore un groupe de Trois-Rivières qui connait une bonne notoriété. C'était un rock un peu commercial mais assez efficace. Le chanteur était survolté et a passé le concert à sauter de tous les côtés. Il était visiblement content de performer dans sa ville et a cité le nom de Trois-Rivières des dizaines de fois.

Voici une de leurs tounes :



Mais je suis parti avant la fin du spectacle car je ne voulais, à aucun prix, rater le début du concert de Pépé.
Je l'avais déjà vu en concert l'année passée au FestiVoix et l'automne dernier à Montpellier et j'avais adoré ça. Et ben là, c'était encore mieux. Il proposait principalement les tounes de Pépé Goes Français, un album d'adaptations de classiques de la chanson française, ainsi que quelques unes de ses compositions.

Pour commencer mon festival de vidéos, voici son interprétation de Ça plane pour moi de Plastic Bertrand, avec laquelle Pépé a entamé le concert :



C'était malade ! Le public, nombreux, était survolté ; moi le premier. En plus, une bonne partie de mes amis étaient là et c'était vraiment l'fun de pouvoir partager ce moment magique avec eux. Il y avait Sarah, bien sûr, avec sa sœur, Francis, Kathy, Thomas, Stéphane, Claudine, Yvon, Jean, Félicia, Isabelle, Guillaume, Michaël, Philippe, Alex... et Martin qui est très présent sur cette vidéo de Cœur de Rocker :



En fait, si j'avais pu, j'aurais filmé le concert dans son intégralité, mais j'avais envie d'en profiter et de me défouler sur la piste comme tous les autres. J'ai tout de même enregistré une demi douzaine de tounes mais je ne vais pas toutes vous les proposer. Vous pouvez les retrouver sur ma chaîne YouTube.

Si le son n'est pas génial car j'étais trop près des enceintes, j'ai tout de même envie de vous passer cette adaptation de Manu Chao des Wampas car elle donne une bonne idée de l'énergie qu'il y avait sur la scène et dans la salle :



Pépé nous a fait une excellente version de J'ai vu, la toune de Niagara. Je n'ai pas pu la filmer car j'étais occuper à sauter partout sur la piste. Je n'ai pas non plus capturé Voici les clefs, de Gérard Lenorman. Je vous recommande vivement le clip que Pépé a réalisé pour cette chanson, il est génial.

Il nous a également joué du Gainsbourg, du Nino Ferrer, du Joe Dassin, du Michel Delpech...
pour un flirt avec toi, je ferais n'importe quoi, pour un flirt, avec toi !!!

J'enchainerai avec un morceau d'Indochine, Canary Bay :



Je vais terminer avec une composition de Pépé, Y fait beau... en espérant qu'elle soit prémonitoire car y fait encore un peu fret aujourd'hui.



Après le concert, nous avons bu un verre sur la terrasse du D'Artagnan's puis rejoint Pépé et ses musiciens en backstage pour les féliciter de leur prestation. Finalement, une partie de la gang, dont Pépé himself, nous a retrouvé aux roulottes sur le bord du fleuve où nous avons terminé la soirée en discutant des québécoises et en zoukant sur des tubes de la Compagnie Créole... c'était vraiment l'fun !!!
Je rassure les personnes présentes, je n'ai pas pris d'images de cette fin de soirée...

Bon, une fois que j'aurai posté cet article et terminé le montage de l'entrevue d'Un français squatte au FestiVoix, que je vous proposerai demain, je crois que je vais aller faire une sieste.
En effet, la soirée va être chargée car il y a une super programmation aujourd'hui.

A 19h, je serai à Desjardins pour le Grand Orchestre de la Mauricie et l'hommage aux crooners, avec notamment, la talentueuse Fabiola.
Ensuite, j'irai à la Relève pour applaudir Atomic Baobab puis je rentrerai sur le site principal pour voir l'emblématique Plume Latraverse.
Si, j'ai le courage, je terminerai à l'Embuscade à 23h pour The Rum Horns ou au D'Artagnan's pour Mimi VanDerGlow.

Mais on n'en est pas encore là...

mardi 29 juin 2010

Les coulisses du FestiVoix... Julie, Responsable de la Billeterie

Aujourd'hui, j'ai rencontré une fille bien sympathique qui, malgré son jeune âge, est la plus ancienne de l'équipe du FestiVoix. Julie Maltais occupe, en effet, différents postes depuis 10 ans dans l'organisation du festival et gère la billetterie depuis 4 ou 5 ans.

Elle coordonne une équipe d'environ 40 bénévoles, supervise 3 billetteries sur le site principal, une autre sur le site Desjardins, le kiosque d'information à l'entrée du tunnel (ouvert à partir de 11h) ainsi que les bénévoles de la tribune VIP. Elle est donc responsable des ventes de bracelets, de passeports et également des ventes de marchandises des groupes et artistes qui se produisent sur les différentes scènes.

Ses journées sont très remplies et j'ai dû lui courir après pendant des heures pour arriver à prendre 10 minutes de son temps. Entre la tournée des billetteries, les plannings des bénévoles et surtout la comptabilité des ventes, Julie est très occupée.
Elle commence à 10h du matin et c'est la dernière à quitter le site, entre 1h et 4h du matin suivant l'affluence de la soirée.

Julie s'y connaît en chiffres puisqu'elle enseigne les mathématiques au Collège Marie de l'Incarnation de Trois-Rivières. D'ailleurs, elle tient à remercier ses bénévoles qui, pour la plupart, sont ses élèves dans l'année.

Bravo Julie pour ton travail !!!

Un lundi au FestiVoix… le calme après la tempête !!!

Après les formidables soirées de vendredi, samedi et dimanche au FestiVoix, un lundi soir tranquille était le bienvenu pour se reposer un peu. La programmation de la soirée, peu à mon goût, plus une météo capricieuse, font que je n’ai pas grand-chose à vous raconter concernant ma nuit d’hier.

Alors, j’ai décidé de vous décrire la journée d’Un français au FestiVoix car je me suis rendu compte que pas mal de gens se demandaient vraiment ce que je faisais.

Je me suis levé à 9h mais j’avais été réveillé à 8h par l’entreprise venue pomper les cuves des caravanes dans lesquelles nous dormons (comme s’il n’y avait pas une heure plus appropriée pour le faire…). Après une douche rapide, j’ai visionné et sélectionné les photos et vidéos prises la veille, et que j'utilise dans mon article du jour et sur ma web télé. Il faut vous dire que je prends plusieurs centaines d'images par jour et que le tri est assez chronophage.

A 10h, j'avais rendez-vous avec un patron de bar du centre ville pour une interview. A 10h30, j'étais de retour au bureau des communications (où vous pouvez me voir avec Guillaume et Michaël, mes deux comparses), sur le site principal, pour traiter et monter ma chronique quotidienne, Un français squatte au FestiVoix.

Je ne vais pas vous mentir, celle d'aujourd'hui a été tournée dimanche. J'ai trouvé une nouvelle possibilité de logement mais je n'ai pas vraiment de chance en ce qui concerne ma recherche de blonde :



Vraiment sympa cette Julie !!!

Vers 11h, j'ai commencé à rédiger mon article sur la soirée de la veille. Cela me prend entre 2 et 3 heures. Je m'accorde tout de même un quart d'heure pour dîner vers 12h30 et je poste mon article vers 14h pour que mes lecteurs français puissent le lire pas trop tard.

En début d'après-midi, j'essaie de passer un moment avec un des permanents du FestiVoix pour réaliser une entrevue. Hier, c'était Steve, le Responsable de la Sécurité. Entre 15 et 16h, je m'accorde une pause. Je vais me balader en ville ou, comme hier, je rentre faire un tour "à la maison" pour passer un petit moment avec Claudia.

Ensuite, je rentre au bureau pour finaliser mon article sur les coulisses du FestiVoix et je le mets en ligne.

A 17h30, les hostilités commence avec les scènes des Voix Publiques, réparties un peu partout dans la ville. Hier, j'ai retrouvé mes nouveaux chums, Les Mallèchés, qui jouaient à la sortie du tunnel d'accès au site principal. Ils sont vraiment excellents :



Vers 18h30, je suis allé souper à la cantine des bénévoles avant d'aller dire bonjour à des amies au loges corporatives.

La soirée qui a suivi fut tranquille et humide. Comme vous le savez si vous suivez mon blogue, je ne suis pas un grand fan des chanteuses à voix, donc la programmation d'hier n'était pas vraiment ma tasse de thé.

Annick St-Pierre, une chanteuse trifluvienne, assurait la première partie du spectacle. Je dois reconnaître qu'elle était visiblement très heureuse d'être là et que ça s'est ressenti au niveau de sa prestation.

Je vous propose une version sympa de la toune de Marvin Gaye, Ain't no mountain high enough :



Son show a été interrompu par un orage, bref mais intense. Heureusement, les organisateurs avaient anticipé en demandant au public de s'abriter sous le tunnel. Vingt minutes après, il ne pleuvait plus et les gens sont revenus pour assister à la fin du spectacle.

Après Annick venait la vedette de la soirée, Nadja, une autre chanteuse soul avec une voix puissante. Voici son interprétation de Money (That's what I want) :



Désolé pour le son mais j'étais juste devant les baffles...

En fait, mon spot préféré, pour filmer, est la piste de danse située au bas de la tribune VIP. Samedi soir, Olivier Magnan de JayDance Productions, un excellent reporter qui couvre l'ensemble des concerts du FestiVoix avec beaucoup d'énergie et de talent, m'a capturé en train de filmer. Il a eu la gentillesse de m'envoyer la vidéo pour que mes lecteurs puissent me voir dans mes œuvres :



Formidable, non ?

Pour en revenir à Nadja, son concert a commencé tard à cause de la pluie mais cela lui a rendu service car elle chantait, juste avant, au Festival de jazz de Montréal et elle est arrivée plutôt à la bourre.
Elle y faisait la première partie de Smokey Robinson dont elle nous a interprété une chanson, Who's Lovin' You :



Après le concert, je suis allé tranquillement me coucher, vers minuit et demi, dans la roulotte au bord du fleuve (un jour, je vous parlerai de cette caravane) dans laquelle j'ai élu domicile pendant le FestiVoix... un squatt, en quelque sorte.

Ce soir a lieu un rendez-vous que je ne veux pas manquer, Pépé se produit sur la scène des Voix Rock avec son spectacle Pépé Goes Français. On va bien se marrer...

lundi 28 juin 2010

Les coulisses du FestiVoix... Steve, Responsable de la Sécurité

Aujourd'hui, j'ai envie de vous parler d'un département clef de l'organisation du FestiVoix, la sécurité. En effet, lorsqu'on accueille, comme hier, environ 5000 festivaliers sur le site des Voix Multiples à 19h et 14000 sur celui des Voix Populaires, il ne vaut mieux pas se rater.

Je suis donc allé voir Steve Richards, le Responsable de la Sécurité pour qu'il me parle un peu de son travail.
Steve coordonne une équipe de 50 personnes chargées de surveiller les 8 spots du FestiVoix (scènes extérieures et village des artisans), et ce 24 heures sur 24.

L'équipe de la sécurité gère, entre autres choses, la surveillance des sites, la circulation, la vérification des accréditations, les relations avec les commerçants voisins du site.

Steve, quant à lui, est le chef d'orchestre de tout ça. Il recrute les équipes, prépare les plannings et les affectations. Il arrive le matin vers 9h30 et termine vers 1h30-2h, lorsque tous les sites sont fermés.
La période de rush se situe entre 16h30 et 18h30 avant l'ouverture des scènes. Il fait le tour des différents lieux de concert pour vérifier que tout est OK en terme de sécurité, de billetterie, de technique et donne son feu vert, si c'est le cas.
Pendant les concerts, il faut également gérer la protection des artistes et le backstage.

Grâce à Steve et à son équipe, tout se passe bien pour les dizaines de milliers de festivaliers qui sont présents chaque jour sur l'ensemble des sites du FestiVoix.
Et il ne faut pas croire qu'il n'y a que des malabars dans l'équipe, comme le prouve la photo ci-dessus.

Merci la gang de la sécurité !

Mon Coeur de Pirate... des Caraïbes !!!

Le temps est un peu à la pluie ce matin sur Trois-Rivières, mais même une tempête ne pourrait m'ôter la bonne humeur après l'excellente soirée d'hier au FestiVoix.

Je passerai vite sur ma journée car elles se ressemblent toutes et passent à une vitesse hallucinante. Dans l'après-midi, je me suis rendu sur le site de la scène Desjardins des Voix Multiples pour interviewer une charmante bénévole (entrevue que vous pourrez voir demain YouTube). J'y ai croisé plusieurs personnes intéressantes.

D'abord, Jean Lamarche, un des membres du Conseil d'Administration du FestiVoix, un gars très gentil avec qui j'avais bien sympathisé l'année dernière. Et comme vous pouvez le constater sur cette photo, Jean n'hésite pas à donner un coup de main aux bénévoles quand il faut.

Alors, j'en ai profité pour essayer de le squatter :



Et puis, j'ai croisé une jeune fille qui me disait quelque chose... une certaine Béatrice, alias Cœur de Pirate, qui arrivait tout juste de Montréal. A peine sortie de son van, elle se faisait interviewer par une journaliste de Radio Canada.

Vers 17h30, horaire tout à fait inhabituel pour moi, je suis allé souper à la cantine des bénévoles où je prends mes repas, midi et soir. Elle se situe sur la terrasse du site principal et c'est un endroit très agréable, dont on profite peu car les repas sont toujours pris sur le pouce pour gagner du temps.
Et c'était le cas hier car je voulais être à Desjardins très tôt pour Cœur de Pirate.

Je suis donc revenu sur le site pour voir ce concert que je n'aurais raté pour rien au monde et, croyez-moi, je n'étais pas seul. Le site était plein à craquer !!!

La jeune Béatrice nous est apparue dans une petite robe rouge, on aurait dit le Petit Chaperon Rouge. Elle a entamé son show par Le long du large :



Je pense que je vais vous saouler de vidéos de Cœur de Pirate mais j'ai vraiment aimé ce concert. La cour du monastère des Ursulines était un lieu parfait pour ce type de prestation et la petite Béatrice était en pleine forme.
Le public, charmé par la chanteuse, n'a pas hésité à participer en tapant dans les mains et en chantant. Voici Ensemble :



Je vous propose d'enchainer par une toune que j'aime bien, Pour un infidèle, qu'elle chante habituellement avec notre Julien Doré national :



Évidemment, je ne peux pas vous épargner Comme des enfants, élue chanson de l'année aux dernières Victoires de la musique en France :



Après une heure et quart (pour mon amie Kathy, à prononcer "une heure et corps"...) de concert, Béatrice a terminé par une chanson de Malajube, Etienne d'Août. Cette vidéo est pour mon collègue Guillaume, de l'équipe des comm., qui adore ce groupe qui était au FestiVoix l'année passée.



A 21h, j'étais sur le site des Voix Populaires pour le concert de la Compagnie Créole qui amenait un peu de Caraïbes à Trois-Rivières. Je ne savais pas trop à quoi m'attendre avec ce groupe français plutôt quétaine mais finalement, contre toute attente, j'ai passé une excellente soirée.

Je ne vous propose que deux vidéos sur lesquelles vous pourrez constater que le nombreux public présent était complètement plongé dans une ambiance antillaise, et moi aussi...
Au bal masqué :



Comme vous pouvez le voir, l'ambiance sur la piste des tribunes VIP, où j'ai passé la soirée en compagnie de nombreux amis, était également très chaude. Ça s'est même terminé par une chenille (un petit train, pour les Québécois) effrénée, menée par Estelle, dans tous les gradins.
Et ça, croyez-moi, C'est bon pour le Moral !!!



Après ce bon moment, nous sommes allé au D'Artagnan's pour applaudir We are Wolves sur la scène des Voix Rock. Et du rock, il y en avait. Le trio montréalais a carrément mis le feu au bar de la rue des Forges.
A la fin du concert, le groupe a invité ses fans à monter sur scène et c'était délirant :



Nous avons tranquillement terminé la soirée dans le patio du Zénob, un bar que j'adore. Là, les discussions sont allées bon train autour d'un feu de bois et de quelques bières. Toute la gang était tellement heureuse de cette magnifique soirée que ça faisait plaisir à voir.

Je suis finalement assez régulier dans mes horaires puisque je me suis couché à 2h30 du mat, heureux !!!

dimanche 27 juin 2010

Un samedi soir... au Festivoix !!!

Encore une grosse journée hier au FestiVoix, pleine d'interviews, d'écriture, de prises de vue et de concerts.
Le fait marquant pour moi fut la rencontre avec Les Mallèchés, un groupe trifluvien de rockabilly que j'avais découvert sur la grande scène du FestiVoix, l'année dernière, en première partie de C.C.R.. Ils sont passés d'un extrême à l'autre puisque, cette année, ils jouent dans la rue, chaque jour sur une scène différente, à 17h30.

Je vous propose leur interprétation de la célèbre toune de Willie Nelson, On the road again :



Et que dire de leur version de That's all right mama d'Elvis :



Ils ont également interprété Fishnet Stocking des Stray Cats mais je réserve la vidéo à mon ami Yannick, qui est fan de Brian Setzer et des Mallèchés. Je lui réserve d'ailleurs une autre surprise à mon retour à Montpellier...
J'ai pris beaucoup de plaisir à les revoir jouer et j'en ai profité pour essayer de les squatter, comme je le fait avec la plupart des gens que je croise :



Ils sont vraiment très sympa ces Mallèchés !!!

Finalement, je n'ai pas vu beaucoup de concerts hier car j'ai eu la chance d'être inviter à souper dans les loges par les productions Fidel, les producteurs de la fameuse revue musicale SHOWTIME dont je vous ai parlé à plusieurs reprises. Merci les amis pour ce bon repas et cet agréable moment !

Pendant le souper, nous avons eu droit à une courte averse mais dès que le temps s'est levé, heureusement avant l'heure du concert, la lumière sur le parc portuaire était superbe.

J'ai eu le plaisir de retrouver plusieurs "anciens" permanents de la gang du FestiVoix 2009 qui reviennent cette année comme bénévoles. C'est étonnant comme ce festival incite les gens à revenir...
J'ai passé un bout de la soirée avec la souriante Joanie qui faisait partie de l'équipe de communication l'année dernière. J'ai aussi revu, avec plaisir, Mylène et Cinthia, les drôles de dames de l'an passé... Il ne manque que Lennie, pour qui j'ai une petite pensée, pour que le trio soit au complet.

En ce qui concerne la musique, j'attendais le premier groupe avec impatience. J'adore The Lost Fingers depuis que mon ami Thomas me les a fait découvrir voilà quelques années. J'ai eu l'occasion de les écouter en mini concert l'année dernière à Montréal et j'avais hâte de les revoir sur une grande scène.

Et je n'ai pas été déçu. Ils excellent vraiment dans leurs reprises de tubes des 80's en jazz manouche. En plus, ils ont annoncé une partie de la programmation du FestiVoix en jouant une toune de la Compagnie Créole, qui se produit ce soir et surtout une chanson de Kool and the Gang qui passe samedi prochain. Voici Fresh :



J'aime beaucoup aussi leur version de Touch Me de Samantha Fox :



Mais l'apothéose fut leur reprise d'AC/DC, You shook me all night long avec une intro que les amateurs reconnaitront :



En deuxième partie de soirée se produisait Comfortably Numb - Canada's Pink Floyd Show, un groupe qui rend hommage aux mythique Pink Floyd. Moi qui adore le groupe britannique depuis toujours, j'avoue ne pas être emballé par ce type de "tribute to" mais certains morceaux m'ont tout de même fait un peu frissonner, comme cette reprise de Wish you were here :



Le jeux de lumières étaient très bons et, vu des loges, sur le haut du site, cela produisait un beau spectacle.

J'ai terminé la soirée tranquillement, en discutant politique avec des gars de l'équipe des aménagements. J'ai dû me coucher à nouveau vers 2h du mat dans une roulotte au bord du Saint-Laurent.

Aujourd'hui, grosse journée puisque le FestiVoix accueille ma petite chouchou, Béatrice Martin alias Cœur de Pirate sur la scène Desjardins. Je pense qu'il va y avoir du monde. En tout cas, sûr qu'y aura moi !!!

A tantôt !

samedi 26 juin 2010

Les coulisses du FestiVoix... Jean, Responsable des bénévoles !!!

Le FestiVoix de Trois-Rivières, c'est une grosse machine qui fonctionne grâce à une petit équipe très performante, très motivée, très dynamique.
J'ai décidé de vous présenter, chaque jour, un des rouages de cette organisation. Ainsi, j'essayerai de vous montrer tout le travail qui est fait en coulisse et que les festivaliers ne voient pas forcément.

Aujourd'hui, j'ai passé un moment avec Jean Richard, le Responsable des bénévoles. Jean fait cette job pour la 4ième année.
Il gère directement une équipe de 75 bénévoles, principalement en charge des accréditations, du service de messagerie entre les sites (livraison des boissons, des repas...) et des guérites d'accueil. Mais, il côtoie l'ensemble des 300 bénévoles du FestiVoix pour distribuer badges et chandails. Et il les connait presque tous !

Ses journées commencent à 7h30 et se terminent à minuit. Le matin, il prépare le ravitaillement des ses équipes, l'après-midi, il accueille les bénévoles et gère leurs plannings et, en fin de journée, il est présent à l'accueil des sites pour vérifier que tout se passe bien. Bref, Jean aime bien choyer ses bénévoles...

J'en profite pour souligner l'excellent travail des 300 bénévoles du FestiVoix. C'est impressionnant toutes ces personnes, de toutes les générations, qui donnent de leur temps pour cet évènement.

Le FestiVoix 2010 c’est parti… et c’est l’party !!!

Comment vous décrire le bonheur que j’éprouve en ce samedi matin, au lendemain de la première soirée du FestiVoix ? J’ai passé hier une journée géniale, bien remplie, bien fatigante mais géniale !

Le matin et l’après-midi, j’ai préparé ma nouvelle chronique. Elle s’appelle "Un français squatte au FestiVoix" et vous pourrez la retrouver tous les jours (si j'ai le temps...) sur ma chaine YouTube et celle du FestiVoix. J’ai eu le plaisir de faire ma première entrevue avec Fabiola Toupin, un vrai bonheur. Je vous laisse découvrir ce moment d’anthologie :




Je vais essayer de vous proposer d'autres entrevues de ce genre pendant tout le FestiVoix.

Le FestiVoix a débuté officiellement à 18h, au bar à vin De la Coupe au Livre, qui accueille la scène des Voix Jazz, par un groupe que j'attendais avec impatience, Le Coconut Groove. Il s'agit d'une formation de jazz de Montréal qui avait parfaitement sa place dans ce bar chaleureux et plutôt lounge. Je vous propose, en exclusivité, la toute première chanson du FestiVoix 2010 :



En fait, j'ai repris mes habitudes de l'année dernière. Je me suis baladé d'une scène à l'autre et après la scène des Voix Jazz, mes pas m'ont amené jusqu'à la magnifique scène des Voix Multiples, dans la cour du monastère des Ursulines où se produisaient les Tireux d'Roches.
Il s'agit d'un groupe qui s'inspire de la musique folklorique et traditionnelle québécoise. Je n'ai malheureusement pas pu y rester longtemps mais c'était vraiment sympa et le nombreux public présent avait l'air d'apprécier :



Après ça, je suis retourné sur le site principal du parc portuaire pour voir les jeunes artistes trifluviens qui se produisaient en première partie du show principal. Parmi eux, le groupe Atomic Baobab, que j'avais repéré sur Internet, ne m'a pas déçu. Il ont une énergie formidable et j'ai bien hâte d'être mercredi pour voir leur show complet sur la scène des Voix de la Relève :



Et puis, sont arrivées les vedettes de la soirée, les Cowboys Fringants. J'avais rarement vu autant de monde sur le site. A mon avis, il y avait au moins 15000 personnes et tout le monde attendait leur prestation. Le public était chaud comme la braise et les Cowboys ne l'ont pas déçu. Ils ont fait une entrée assez originale :



Je ne suis pas un grand fan de folk-rock mais je dois avouer qu'ils sont vraiment excellents sur scène. L'ambiance était géniale. J'ai particulièrement apprécié l'engouement de la violoniste, plutôt cute d'ailleurs. Vous pourrez le constater sur cette vidéo où l'on voit également un paquebot de croisière passer derrière la scène sous la pleine lune québécoise :



Après le show, j'ai continué ma tournée dans les bars trifluviens. D'abord au D'Artagnan's où jouait le groupe Boni Suba. L'ambiance était plutôt calme malgré un rock que je qualifierais de "bruyant". J'ai eu la surprise de retrouver là mon amie Pocahontas qui avait laissé sa petite fille à son chum pour la soirée...

Ensuite, je suis parti à l'Embuscade pour voir les étonnants Ramdom Recipe. Encore un band super énergique avec deux chanteuses, plutôt rap, qui ont enflammé le bar. J'ai vraiment apprécié leur prestation. Le public sautait partout, c'était super :



Finalement, je suis allé me coucher vers 2h du mat, bien fatigué, dans une caravane au bord du fleuve, sur le parc portuaire.

C'est reparti pour une grosse journée avec un programme bien chargé. J'espère que je vais tenir le coup pour les 9 jours qui restent...
A tantôt !

vendredi 25 juin 2010

FestiVoix... dans quelques heures !!!

Le soleil brille sur Trois-Rivières en ce jour de FestiVoix. Les premiers concerts ont lieu en fin d’après-midi et les équipes du festival s’affairent pour que tout soit prêt à temps.
J’ai du mal à croire qu’on y est enfin…

Hier midi, j'ai diné avec Claudia ainsi que Pocahontas que j'ai retrouvée avec grand plaisir. Elle a une petite fille magnifique et adorable. Comme je le préssentais l'an dernier, lorsqu'elle l'attendait, Romane a la bonne humeur et le sourire de sa maman...

L'après midi, j'ai commencé à travailler avec Guillaume, le coordonnateur des communications, mon acolyte de l'année passée. Il préparait des capsules vidéo sur la programmation avec Olivier, le caméraman officiel du FestiVoix. Je dois dire que l'ami Guillaume est assez doué pour cet exercice...

Le soir, j’ai réalisé une petite tournée avec les organisateurs sur le site principal de la zone portuaire. A 23 h, la gang des aménagements terminait juste sa longue journée et l’équipe technique était encore à pied d’œuvre pour régler le son et les lumières de la grande scène. Ceci sous un magnifique ciel étoilé et un lune quasi pleine qui se reflétait sur le Saint-Laurent…

Je me suis couché tôt afin d’être en pleine forme pour cette journée qui, je pense, devrait être bien remplie. Une bonne nuit réparatrice, ça fait du bien.

Je vais occuper ma journée à préparer une nouvelle rubrique vidéo pour le FestiVoix. Je vais essayer de réaliser des interviews un peu spéciales avec certains acteurs du festival mais je ne vous en dit pas plus...

Vivement ce soir avec les Cowboys Fringants sur la grande scène :


jeudi 24 juin 2010

Bonne Fête du Québec !!!

Aujourd’hui, jour de la Saint-Jean, c’est la fête du Québec. De nombreuses festivités ont eu lieu hier soir, veille du jour férié.
Pour ma part, je les ai vécues à Trois-Rivières où je suis arrivé hier en milieu de journée, avec une grande joie, comme vous pouvez l'imaginer.

Avant cela, j’ai passé deux jours formidables en compagnie de mon ami Alex, de sa blonde, Nathalie, de Loïc, le fils de Nathalie et des deux petites jumelles de mes amis, Anaïs et Maëlle, qui ont presque 6 mois. Pour mes lecteurs qui connaissent Alex, c'est un vrai papa poule (photo ci-contre)...

Ces deux journées passées à Saint-Jérôme ont été bien remplies entre les deux petites sœurs qui, si elles sont adorables, requièrent tout de même un minimum d’attention, les barbecues et les dégustations de vin. Et finalement, ce sont ces dernières qui sont les plus fatigantes…

La vente d’alcool au Québec est très règlementée et on se fournit principalement dans les boutiques S.A.Q. (Société des Alcools du Québec). Certains magasins, qu’on appelle «S.A.Q. Sélection» sont particulièrement bien achalandés et on y trouve un choix impressionnant de vins de tous les pays du monde. J’avoue avoir un faible pour les vins chiliens.

Nos vins du Languedoc sont assez bien représentés. J’ai eu le plaisir de trouver un Minervois que j’aime beaucoup, le Château Coupe-Roses, d’abord car il est très bon et aussi car c’était le vin du mariage de mes amis Gaëlle et Vincent. J'ai aussi gouté une petite curiosité, un vin produit par l'acteur canadien Dan Aykroyd, pas mal du tout...

Nous avons également été souper dans le Village, quartier gai de Montréal, sur la fameuse et très longue rue Sainte-Catherine où il est toujours très plaisant de se balader.
J’espère qu’Alex et Nathalie pourront venir faire un tour au FestiVoix la semaine prochaine afin que nous puissions passer une soirée aussi sympa que lors de l’édition 2009.

Quant à ma première journée à Trois-Rivières, elle fut géniale. D'abord, j'ai retrouvé mes amis Claudia,Thomas et Elie et fait la connaissance de mon nouveau copain Raphaël, trois semaines, beau comme un cœur.

Ensuite, je me suis baladé dans les rues animées et ensoleillées du centre-ville et notamment la rue des Forges que j'affectionne tant.
J'ai eu la joie d'apercevoir Fabiola en pleine répétition pour le spectacle du soir, produit à l'occasion de la Saint-Jean.
Je suis aussi passé au parc portuaire pour constater que la grande scène du FestiVoix était bien là et que tout était presque opérationnel.

Enfin, j'ai passé la soirée chez Stéphane, l'excellent Directeur Général du FestiVoix, qui organisait un party au bord du fleuve avec l'équipe du festival, pour la Saint-Jean. Cela m'a permis de revoir une grande partie de la gang et de faire la connaissance des nouveaux.

Autour d'un énorme feu de bois, nous avons chanté au son des guitares. C'était l'fun !!!
J'ai pu découvrir les talents de Youri, le responsable des bars du FestiVoix. C'est un excellent chanteur et musicien :

video
C'est aussi un conteur et un cracheur de feu... Bref, il a illuminé la soirée au sens propre comme au sens figuré !
Merci Stéphane et Estelle pour cette excellente soirée qui laisse augurer un très bon festival.

Le FestiVoix 2010 débute demain soir et tout le monde semble prêt pour ce nouveau challenge. Comme toute l'équipe, j'ai hâte d'être dans le feu de l'action, j'ai tellement attendu ce moment.

Vive le FestiVoix 2010, on va mettre le feu !!!

lundi 21 juin 2010

Ma cabane au Canada...

C’est sur la terrasse d’un vrai chalet canadien en rondins, au bord d’un lac des Laurentides, au milieu la forêt, que je commence à rédiger ce premier article sur les terres québécoises.

Evidement, la toune un peu quétaine de Line Renaud m’est venue spontanément à l’esprit dans ce cadre bucolique et paradisiaque.



Cela fait 36 heures que j’ai atterri et j’ai déjà vécu tant de bons moments que j’ai l’impression d’être au Québec depuis une semaine.
A la sorti de l’aéroport de Montréal, vendredi après-midi, mon ami Michel, venu me chercher, m’a amené dans une des poissonneries les plus réputées de la métropole québécoise pour acheter des homards. Je n’avais jamais vu autant de crustacés dans un vivier, incroyable…

Les homards des Iles de la Madeleine étaient énormes et délicieux. Un plat parfait qu’Anita et Michel ont eu la gentillesse de prévoir pour mon premier souper dans la Belle Province.

Le lendemain, après un dîner (déjeuner, pour mes lecteurs français) avec le rédacteur en chef et créateur de l’excellent magazine Longueur d’Ondes, nous sommes partis dans les Laurentides, au chalet de Monique et Arturo, la sœur et le beau-frère de Michel. Un véritable cliché…
Une petite maison, toute en rondins, au bout d’un chemin, au milieu des arbres et sur la rive d’un superbe lac. Que du bonheur !!!

Pas d’électricité, ni de téléphone, pas de route, pas de voisin, juste des bruits d’oiseaux, d’écureuils, de ratons-laveurs et un magnifique huart péchant tranquillement sur le lac.
Ah oui, j’allais oublier la traditionnelle bécosse au fond du jardin, à l’orée du bois. Ceux d’entre vous qui ne connaissent pas la bécosse devineront aisément son utilité…
Les Québécois sont vraiment excellents pour franciser des termes de l’anglais. En effet, «bécosse» vient de «back-house». Etonnant non ?

Le moment le plus extraordinaire de ce petit séjour campagnard fut sans aucun doute le bain de minuit (à 22h30) dans le lac, après le barbecue. Un instant exceptionnel dans une eau très douce et plutôt bonne sous un ciel étoilé.

C'était mon premier bain de l’année, moi qui vis dans le Sud de la France à 10 minutes de la mer. Car j’ai oublié de vous préciser que j’ai quitté un temps automnal en France pour trouver un vrai temps estival au Québec. Y a pu d’saison ma bonne dame !!!

Hier soir, j'ai rejoins d'autres amis, Nathalie et Tonton Alex, à Saint-Jérome où je vais passer deux jours avant de me rendre à Trois-Rivières, ma destination finale. Et vous ne devinerez jamais, pour m'accueillir, ils avaient prévu... des homards !!!
Je suis vraiment gaté. Encore un repas merveilleux en compagnie de personnes chères... un début de séjour parfait !

Merci les amis...

vendredi 18 juin 2010

Alors chu'r parti, sur Québec Air...

Un peu la gueule de bois aujourd'hui...
Non par excès d'alcool mais par indigestion de la lamentable prestation de l'équipe de France hier soir contre le Mexique. La coupe du monde est terminée pour nous. Je ne peux pas dire que je suis surpris, mais tout de même très déçu.

Malgré tout, mon moral est au plus haut. En effet, je suis à l'aéroport d'Orly, à deux heures du décollage pour Montréal et une chanson me trotte dans la tête depuis un bon moment. Quoi de plus normal, me direz-vous, que de penser à Lindberg lorsqu'on est sur le point de prendre l'avion pour le Québec.

Quand je pense que cette magnifique toune date de 1968. Elle est plus vieille que moi et n'a pas pris une ride, comme
Robert Charlebois qui, lors de son entrée sur la scène du FestiVoix, il y a presque un an, avait l'air d'un gamin :



Les excellentes paroles de Claude Péloquin et la superbe mélodie de l'ami Robert ont fait de Lindberg un énorme succès dans le monde francophone, le premier d'une longue série pour Charlebois.
A l'époque, il l'interprétait avec
Louise Forestier, une mauricienne, née à Shawinigan :



A la différence de Robert et sa Sophie, moi, ché où chu rendu... dans 9 heures, à Montréal !!!
Bye...

mercredi 16 juin 2010

L'appel du 18 juin... Québec J-2 !!!

Et oui, je quitte la France pour le Québec après demain, le 18 juin, et je peux dire qu'il s'agit, pour moi, d'un appel auquel il m'est impossible de résister...
D'ailleurs, l'auteur de l'appel du 18 juin est bien connu des Québécois depuis sa fameuse phrase du 24 juillet 1967 à Montréal : "Vive le Québec libre!!!". Il était doué pour foutre le bordel le Général....

Quant à moi, j'aurais pu reprendre l'article rédigé il y a un an tant je suis dans le même état d'esprit que l'année dernière à deux jours du départ et surtout, je suis au moins autant à la bourre dans les préparatifs.

La différence fondamentale avec 2009, c'est que je ne pars pas vers l'inconnu. Je connais bien Trois-Rivières, je sais comment fonctionne le FestiVoix et je connais une partie de l'équipe, même s'il y a eu pas mal de turn-over depuis l'année dernière.

Et je vais surtout retrouver tous mes amis québécois de naissance ou d'adoption, que je n'ai pas vus, pour la plupart, depuis un an. J'ai vraiment hâte de les revoir. Surtout qu'il y en a quatre nouveaux depuis l'année dernière, trois petites filles (dont deux jumelles !) et un p'tit gars. Mes amis du Québec ont bien travaillé l'année passée...

Je ne réalise pas encore complètement que dans deux jours je serai à Montréal et dans une semaine à Trois-Rivières.
Je suis un peu dans le même état de fébrilité qu'un gamin qui attend le Père Noël et qui sait qu'il va avoir un superbe cadeau.

Pour en revenir à mon article de l'année dernière, j'avais mis une photo de mon sac en préparation avec quelques fringues à côté. Et certaines de mes amies m'avaient fait remarquer que l'on voyait la marque de mes boxers...
Alors, pour leur éviter de chercher, sur la photo de cette année, je les informe que je porte essentiellement des caleçons Eminence. Et c'est bien normal car le leader français du sous-vêtement masculin est une entreprise de ma région et je suis très chauvin...

Bon, assez parlé de mes sous-vêtements. Je vais terminer mon sac en espérant qu'il ne dépasse pas 23 kg, plafond accepté par ma compagnie aérienne. Ce qui est sûr, c'est que je ne laisserai pas de côté mon chandail vert pomme des bénévoles du FestVoix 2009, j'y tiens trop.

Mon prochain article sera sans doute posté du Québec. A moins que j'ai l'opportunité de vous envoyer un petit mot d'Orly avant le décollage...

En attendant, je vous propose la chanson qui a illuminé ma fin d'hiver et qui n'a jamais été autant d'actualité, Je reviendrai à Trois-Rivières, interprétée par la fabuleuse Fabiola Toupin sur une musique de Robert Charlebois et des paroles de votre serviteur :



Hey la gang, j'arrive !!!

dimanche 13 juin 2010

Comme un AIR... de Mondial à Sète !!!

Ce dernier week-end avant mon départ pour le Québec ne me laisse pas beaucoup de temps pour rédiger un article, d'autant qu'il ne fait pas trop mauvais et que les barbecues s'enchaînent.
Mais je vais tout de même essayer de vous raconter ma soirée de vendredi car elle était plutôt intéressante.

Il était prévu que je passe l'intégralité de la soirée au Théâtre de la Mer de Sète, d'abord pour voir la retransmission sur grand écran du match France-Uruguay et ensuite pour assister au concert du groupe AIR.
La pluie étant tombée toute la journée sur Montpellier, j'étais persuadé que tout cela serait annulé.Mais n'ayant vu aucune annonce sur le Web dans ce sens, mes amis et moi nous sommes tout de même rendus à Sète.

Et là, il faisait nettement moins mauvais qu'à Montpellier ; la pluie s'était visiblement arrêtée depuis un moment. Finalement, seule la retransmission du match de foot était annulée et le concert de AIR maintenu, à 22h30. En voici un premier extrait, How does it make you feel ?, l'un des singles de leur 3ième album, sorti en 2001, 10 000 Hz Legend :



Mais revenons au début de la soirée. Comme il était hors de question de rater l'entrée de l'équipe de France dans le Mondial, il a fallu chercher une solution de repli un peu en catastrophe car le coup d'envoi approchait.
Nous avons, heureusement, trouvé un bar sympa qui avait tout prévu pour l'occasion, écran géant, sono à fond, maquillage bleu-blanc-rouge, serveurs et serveuses en maillot tricolore.

L'ambiance dans le bar était très bonne, meilleure que la prestation des Bleus. Ils ont visiblement essayé de construire des trucs mais leur manque d'efficacité, face à une équipe relativement faible comme celle de l'Uruguay, est plus qu'inquiétante pour la suite de la compétition.

Après ce match décevant, nous nous sommes dirigés vers le Théâtre de la Mer où nous sommes arrivés juste pour le début du concert. Je dois dire que la première partie était dans la continuité du match de foot, prometteuse mais avec peu d'enchaînements et un manque réel d'efficacité...

Un prestation un peu molle. En même temps, AIR n'est pas connu pour ses rythmes endiablés et la plupart des morceaux sont relativement lents, voire langoureux, à l'image de Cherry Blossom Girl, single du 4ième album, Talkie Walkie :



Par bonheur, en milieu de prestation, les deux Versaillais ont commencé à jouer des morceaux de leurs premiers albums et l'ambiance s'est un peu dynamisée. Je pense réellement que leur premier opus, Moon Safari, reste le meilleur. J'aime particulièrement ce morceau électro-jazz, structuré autour de la ligne de basse et du synthé, Talisman :



Et puis, j'ai également un faible pour Kelly Watch The Stars, issu du même album :



Quant à Sexy Boy, encore tiré de Moon Safari, il a été joué pendant le rappel, en fin de concert, et je pense que c'était le meilleur moment de la soirée :



Et le final, qui a suivi Sexy Boy, il était tout bonnement grandiose :



Finalement, c'était une excellente soirée, comme le sont toutes celles passées avec des amis...
Et puis, c'était mon dernier concert avant le grand départ... le prochain aura lieu à Trois-Rivières dans une dizaine de jours.

FestiVoix, me voilà !!!

Wikio - Top des blogs - Musique Paperblog